Les Vendanges de l'Autobus

.

Aube blanche.

Dans un air cotonneux se glisse un promeneur ;
Du néant sort un chien, tirant son maître en laisse,
Et puis un écolier qui, rêvassant, se baisse
Pour chercher, au hasard, une première fleur.

Chaque arbre, doucement, semble verser un pleur,
Souffrant les larmes que le lourd brouillard leur laisse,
Et, fantôme noirci, célèbre quelque messe
Implorant le retour du temps de la chaleur.

La Mire est un il mort, visant un néant blême,
D'un démon oublié, jadis funeste emblème ?
Ou symbole dressé d'un phallique outrancier ?

Il fait un temps brumeux, onctueux, malhabile.
C'est le Printemps, pourtant, dit le calendrier.
Il fait un temps brumeux, ce matin sur la ville.
.

Retour à l'accueil des Vendanges de l'Autobus

Retour au menu général

© Vincent Herelle 2016