Poèmes de jeunesse

.

Plaidoyer pour une faiblesse.

Je nécris pas pour vous séduire,
Mademoiselle un peu surprise
De voir que sous cet il qui frise,
Il est du flou dans mon sourire.

Jécris par ce quun jour un être
Que jaime bien plus que mon être
A trouvé mon premier poème
Je ne savais plus où me mettre.

Elle aurait du le replier.
Qua-t-elle mandé cette bévue
Aux rédacteurs dune revue ?
Et pourquoi lont-ils publié ?

Depuis, je me plais à écrire
Pour tirer lattention sur moi.
Et je vous conte mes émois
Pour moins en pleurer, mieux en rire.

Voilà pourquoi jécris toujours.
Et pourtant, jai un grand regret
De devoir garder ce secret
Pour celle à qui je dois le jour.

Car je nécris que cur en berne.
Cest trop difficile autrement.
Comment les lui montrer, vraiment,
Sachant quon va causer sa peine ?

Ne rougis pas, Mademoiselle,
Dêtre ainsi prise pour témoin.
Si cest trop, reste là du moins.
Quand tu souris, tu es trop belle.
.

Retour à l'accueil des poèmes de jeunesse

Retour au menu général

© Vincent Herelle 2016