Révolution et Empire

. .

La Règle “JOMINI”– Listes d'Armées

Liste F : Espagne

.


Voici les listes d'armées pour ce ou ces pays.
.
Histoire.
Au XVIIIe siècle, l'Espagne perd de son influence tant en Europe qu'outre-mer. Les principales causes de ce déclin sont une crise économique qui touche en particulier les colonies espagnoles, le relatif isolement de l'Espagne et la rivalité avec la Grande-Bretagne. La tentative de Philippe V de reprendre une partie de l'Italie déclenche la guerre de 1718-1720, qui voit la défaite de l'Espagne qui, dès lors, réduit ses ambitions. Selon l'entente tacite du pacte de Famille, l'Espagne est solidaire de la France au moment de la guerre de Sept Ans. Le traité de Paris du 10 février 1763 met fin à ce conflit à la suite duquel l'Espagne perd la Floride mais récupère la Louisiane française. En 1776, l'Espagne s'engage aux côtés de la France et des insurgés américains dans la guerre d'indépendance des États-Unis. Cette participation lui permet de reprendre d'importants territoires en Amérique du Nord et notamment la Floride.

Le roi Charles III redresse ainsi quelque peu le pays, jusqu'à son décès le 14 décembre 1788. Son fils Charles IV lui succède. Mais le nouveau souverain est un personnage effacé, complaisant et sous l'influence de sa femme Marie-Louise de Parme. Il nomme l'amant de celle-ci, Manuel Godoy, chef du gouvernement en 1792. La Révolution française voisine, suscite une forte hostilité parmi la population espagnole. Et après l'exécution de Louis XVI en 1793, le souverain madrilène de la dynastie Bourbon déclare la guerre à la jeune République. Ce conflit tourne à l'avantage des Français et l'Espagne signe en 1795 le Traité de Bâle, par lequel elle abandonne la partie orientale de l'île de Saint Domingue à la France. Mais les liens entre les deux États se resserrent peu après, avec le traité de San Ildefonso de 1796. Pour autant, tous les conflits ne sont pas réglés. La flotte espagnole est défaite par les Britanniques au cap Saint-Vincent. À la suite de quoi Manuel Godoy doit démissionner en 1798.

Un nouveau traité est signé à San Ildefonso en 1800 par lequel la Louisiane est restituée à la France, qui l'avait cédée en 1762. En 1801 Manuel Godoy reste très influent à la cour de Charles IV, qui compte sur lui pour entretenir de bonnes relations avec Napoléon Bonaparte, alors 1er consul de la République française. De fait, les deux États s'entendent pour envahir le Portugal, au cours de la guerre dite des oranges. L'armée espagnole, menée par Manuel Godoy, la remporte en un mois. Un nouvel équilibre entre les puissances européennes se profile. Un traité de paix est signé à Amiens en 1802 entre le Royaume-Uni d'une part, la France, les Pays-Bas et l'Espagne d'autre part. Mais les intérêts espagnols y sont sacrifiés : les Britanniques restituent l'île de Minorque mais la souveraineté portugaise est confortée. L'équilibre est éphémère. Les hostilités reprennent quand William Pitt prend la tête du gouvernement à Londres, ainsi que de la troisième Coalition contre la France. En 1805 face à la flotte britannique, les deux marines alliées, espagnole et française, sont vaincues à Trafalgar.

Charles IV est renversé le 19 mars 1808 par son propre fils Ferdinand VII soutenu par la population madrilène. Charles IV en appelle alors à Napoléon Ier, désormais empereur. Le 2 mai, Madrid se soulève contre les troupes français installées depuis l'année précédente. Manuel Godoy, menacé de mort par ses compatriotes, est exfiltré par le général Murat. Napoléon, au lieu de trancher entre le père ou le fils, les pousse tous deux à abdiquer, en sa faveur, le 12 mai à Bayonne. Charles IV obtient des terres et des revenus en France et Ferdinand VII la couronne de Ligurie. L'empereur fait de l'Espagne un royaume vassal dont il confie le trône à son frère aîné Joseph Bonaparte. Le 7 juillet, José 1er prête serment sur la constitution de Bayonne, la première qui ait été donnée à l'Espagne. Les classes supérieures libérales modérées acceptent ce changement de dynastie. On les appelle les afrancesados. Mais les classes populaires rurales se soulèvent en milices contre les occupants napoléoniens. C'est le début d'un conflit long et violent. Les Français l'appellent la guerre d'Espagne, alors que les Espagnols le nomment la Guerra de Independencia.

Des troubles agitent aussi, à partir de 1809, l'Amérique latine. Ces altercations sont les prémices des indépendances hispano-américaines. Après de nombreux combats et les lourdes pertes de la Russie, les forces occupantes sont finalement obligées de se retirer. Le 18 mars 1812, les Cortès de Cadix promulguent une nouvelle constitution d'inspiration libérale. Joseph Bonaparte abandonne son trône. Ferdinand VII est restauré le 11 décembre 1813 et abroge la constitution le 4 mai 1814.

Après les guerres napoléoniennes, Ferdinand VII est contraint en 1822 de proclamer une Constitution qu'il ne respecte pas. Il rétablit l'Inquisition et persécute les libéraux. Le 1er janvier 1820 éclate la révolte du général Rafael del Riego. Le 7 mars 1820, le palais royal de Madrid fut encerclé par les soldats du général Ballesteros. Le 10 mars, le roi accepta de rétablir la constitution mais fit appel à la France qui intervint en 1823 par l'Expédition d'Espagne. Ferdinand VII retrouva tous ses pouvoirs et inaugura une période de terreur blanche qui dura dix ans. Entre 1818 et 1830, toutes les colonies espagnoles d'Amérique latine obtiennent leur indépendance (sauf Porto Rico, Cuba et les Philippines).

La mort de Ferdinand VII entraîne une crise dynastique (1833-1840) qui débouche sur une guerre civile entre les partisans d'Isabelle II d'Espagne et les carlistes partisans de Don Carlos et de l'absolutisme. Ces derniers sont finalement vaincus mais le règne personnel d'Isabelle II (1843-1868) a été assez impopulaire et agité. La réalité du pouvoir appartient à l'armée et ce sont des généraux qui contrôlent le pays. En 1868, le général Joan Prim lance une révolution et force la reine Isabelle, le 30 septembre, à s'exiler en France. La République est proclamée le 11 février 1873.

Le fils d'Isabelle II, Alphonse XII, revient au pouvoir en 1874 en une monarchie constitutionnelle (1876), monarchie fragile, qui sera encore fragilisée par la guerre hispano-américaine contre les États-Unis où elle perd Cuba, Porto Rico et les Philippines en 1898.

L'industrialisation du pays reste timide, l'économie est à l'image du pays, dépossédé de ses colonies, marqué par les guerres napoléoniennes et les guerres civiles. Le pays reste donc en marge de l'Europe tandis que Français, Britanniques et Allemands développent des industries puissantes. La première ligne de chemin de fer est construite en 1848. La crise agraire, le retard industriel, les revendications autonomistes de la Catalogne, les grèves et l'anarchisme secouent le pays.
.

F1- Le XVIIIème siècle

F2- 1793 – 1808

F3- 1808 – 1812

F4- 1812 – 1815

F5- 1807 – 1808 - La Division de La Romana

F6 – 1808 – 1813 - L'armée espagnole du Roi Joseph

F7 – Après Napoléon

.

.

Retour à la liste des listes d'armées

..

Retour à l'accueil de la règle

Retour au menu des figurines

Retour au menu général

© Vincent Herelle 2020