Révolution et Empire

. .

La Règle “JOMINI”– Listes d'Armées

Liste K6 : Les petits Princes de la Confédération du Rhin

.


Voici les listes d'armées pour ce ou ces pays.
.
Histoire.
En dehors des Etats grands ou moyens, la Confédération du Rhin comprenait une poussière de petits princes qui devaient cependant tous une contribution militaire en hommes, parfois rien qu'une dizaine. De 1809 à 1812 existe, au moins sur le papier car dispersée sur plusieurs théâtres, une division dite « Division des Princes de la Confédération du Rhin » dont la composition est la suivante :
1er régiment = 1er régiment de Nassau
2ème régiment = 2ème régiment de Nassau
3ème régiment = régiment de Francfort
4ème régiment = régiment des Duchés de Saxe
1er bataillon à 5 compagnies de Saxe-Gotha et 1 compagnie de Saxe-Coburg
2ème bataillon à 3 compagnies de Saxe-Gotha, 2 compagnies de Saxe-Meiningen et 1 compagnie de Saxe-Coburg
3ème bataillon (léger) à 5 compagnies de Saxe-Weimar et 1 compagnie de Saxe-Hildburghausen
5ème régiment = régiment Anhalt-Lippe
1er bataillon à 6 compagnies de Lippe (Lippe-Detmold et Schaumbourg-Lippe)
2ème bataillon à 6 compagnies d’Anhalt (Anhalt-Dessau, Anhalt-Bernbourg et Anhalt-Koethen)
3ème bataillon à 3 compagnies de Lippe
6ème régiment = régiment Schwarzbourg, Reuss, Waldeck
1er bataillon à 6 compagnies de Schwarzbourg (Schwarzbourg-Sondershausen et Schwarzbourg-Rudolstadt)
2ème bataillon à 3 compagnies de Reuss et 3 compagnies de Waldeck
7ème régiment = régiment de Wurzbourg, à 2 bataillons de 4 compagnies plus un 3ème bataillon en 1810
8ème régiment = régiment du Mecklembourg
1er bataillon à 6 compagnies de Mecklembourg-Schwerin
2ème bataillon à 6 compagnies de Mecklembourg-Schwerin
3ème bataillon à 4 compagnies de Mecklembourg-Strelitz
Bataillon d'Oldenbourg jusqu'en 1810

K6.1 – Historiques
Principautés d'Anhalt : Anhalt-Dessau, Anhalt-Bernbourg, Anhalt-Koethen
Les territoires d’Anhalt sont partagés à l’époque napoléonienne entre trois états indépendants : Anhalt-Dessau, Anhalt-Bernburg et Anhalt-Köthen. Ces états adhèrent à la Confédération du Rhin par le traité de Varsovie du 18 avril 1807. Le prince Alexius, souverain d’Anhalt-Bernburg, est élevé au rang de duc par l’empereur d’Autriche en mars 1806. Le prince Friedrich Franz Léopold III, souverain d’Anhalt-Dessau, est élevé au rang de duc à l’occasion de son adhésion à la Confédération et le prince d’Anhalt-Köthen August Christian Friedrich, accède au rang de duc. Après la bataille de Leipzig, leur territoire envahis par l’armée russe, les duchés quittent la Confédération et s’allient aux coalisées.

Duché d'Arenberg
Le duché d'Aremberg ou d'Arenberg est un ancien duché d'Allemagne, et de l'actuelle Belgique. La terre d'Aremberg était d'abord un comté, devenu principauté en 1576 puis duché en 1644 et continua jusqu'en 1801 à être fief immédiat de l'Empire quand il fut supprimé. En 1815, son territoire passa sous la souveraineté du roi de Hanovre, et le reste fut, avec le bourg d'Aremberg, donné à la Prusse.

Grand Duché de Francfort
En 1792, durant les guerres de la Révolution française, la ville est brièvement occupée par le général Custine (du 22 octobre au 2 décembre). Puis en 1806, Francfort est occupée par les forces françaises commandées par Augereau. L'année suivante, la ville est intégrée à la confédération du Rhin, et devient la capitale du Grand Duché de Francfort. La ville est finalement rattachée à la Confédération germanique lors du congrès de Vienne en 1815. À cette époque, Francfort est toujours une ville libre. En 1848, la ville abrite le parlement de Francfort dans l'église Saint-Paul (Paulskirche). Francfort devient alors le centre de la vie politique allemande. En 1866, lorsque sous un prétexte futile la Prusse envahit le Holstein, la guerre austro-prussienne éclate : Francfort est annexée au royaume de Prusse et intégrée à la Province de Hesse-Nassau..

Principautés de Hohenzollern
La maison de Hohenzollern est une famille noble et royale européenne qui régna en tant qu'empereurs sur l'Allemagne, en tant que rois sur la Prusse et la Roumanie, en tant que princes-électeurs sur le Brandebourg, en tant que margraves sur Schwedt, Bayreuth, Kulmbach et Ansbach, en tant que burgraves sur Nuremberg et en tant que princes sur Hechingen et Sigmaringen.

Les principautés de Hohenzollern-Sigmaringen et Hohenzollern-Hechingen furent fondées en 1576, au décès du dernier comte de Hohenzollern, Charles Ier de Hohenzollern (1512-1579). Par le traité de Paris du 12 juillet 1806, elles deviennent des États souverains et entrent dans la Confédération du Rhin. Par le traité de Berlin du 7 décembre 1849, les princes de Hohenzollern-Hechingen et Hohenzollern-Sigmaringen abdiquent et cèdent leurs principautés au roi de Prusse, Frédéric-Guillaume IV. L'année suivante, elles sont regroupées pour former la province prussienne de Hohenzollern.

Principauté de Isembourg
Les comtés d’Isenbourg, situés dans le sud de la Hesse,apparurent vers 1137 et se subdivisèrent de nombreuses fois pendant 700 ans. En 1806, ces territoires furent réunis sous le seul nom d'« Isenbourg » au profit du prince Charles d'Isenbourg-Birstein. En raison de la fidélité de Charles à Napoléon, le congrès de Vienne intégra cette principauté au grand-duché de Hesse et à l'électorat de Hesse.

Principauté de Liechtenstein
La maison de Liechtenstein a existé depuis l’an 1140 et possédait de vastes domaines, notamment en Moravie, en Basse-Autriche et en Styrie. Ils furent autorisés à acheter à l'empereur deux minuscules comtés sis aux confins de ses terres à la frontière suisse, les comtés de Schellenberg en 1699 et de Vaduz en 1712 que l’empereur Charles VI unifia et éleva le 23 janvier 1719 au rang de principauté, laquelle fut baptisée Liechtenstein en l’honneur de son nouveau prince, Antoine-Florian de Liechtenstein. En 1806, le Saint-Empire fut envahi par la France. Le Liechtenstein devint véritablement indépendant. Après 1815, le Liechtenstein devint un des états membre de la Confédération germanique et subsiste encore aujourd'hui.

Principautés de Lippe-Detmold et de Schaumbourg-Lippe
Les territoires de Lippe sont partagés alors entre deux états indépendants : Lippe-Detmold et Schaumburg-Lippe. Ces états adhèrent à la Confédération du Rhin par le traité de Varsovie du 18 avril 1807. Les principautés de Lippe quittent la Confédération et déclarent la guerre à la France le 1er décembre 1813.

Duchés de Mecklembourg-Schwerin et de Mecklembourg-Strelitz
Le Mecklembourg est une monarchie gouvernée par la maison de Mecklembourg jusqu'en 1918. Le prince Albert II devient en 1348 le premier duc de Mecklembourg. Le Mecklembourg connaît plusieurs partages, donnant lieu à la création des duchés de Mecklembourg-Güstrow, Mecklembourg-Schwerin, Mecklembourg-Stargard et Mecklembourg-Strelitz. En 1815, les duchés de Mecklembourg-Schwerin et Mecklembourg-Strelitz sont élevés au rang de grand-duchés. Ils disparaissent en 1918, comme les autres États princiers de l'Empire allemand.

Principauté d'Oldenbourg
Le comté d'Oldenbourg, sous administration danoise depuis 1667, est cédé à la Russie en 1774 en échange du duché de Holstein. L'Oldenbourg est attribué au duc Frédéric-Auguste Ier. Son fils Guillaume lui succède en 1785 sous la régence de son cousin Pierre (1785 à 1823). En 1803, l’Oldenbourg est agrandi. Il est annexé à l'Empire Français le 13 décembre 1810. Le duc d'Oldenbourg se réfugie chez son neveu par alliance, l'Empereur russe Alexandre Ier. Après la défaite de Napoléon à Leipzig, les troupes françaises refluent derrière le Rhin et le duc Guillaume revient à Oldenbourg le 27 novembre 1813. Le duché est élevé au rang de grand-duché par le congrès de Vienne, qui lui ajoute le territoire de Birkenfeld.

Au début du 18ème, Oldenbourg avait une « Burgenshaft » (force civique) de 5 compagnies, dissoute en 1704 pour créer un « National-Regiment » (régiment National) de 2 bataillons de 4 compagnies, de 6 compagnies en 1737, lui aussi dissout en 1765 et remplacé par une compagnie danoise d'invalides. Avec la fin de la domination danoise, la compagnie d'invalides est remplacée en 1775 par une compagnie d'infanterie locale. En 1806, comme partie de la Confédération du Rhin, Oldenbourg mit sur pied un bataillon de 6 compagnies dont 1 de grenadiers et 1 de chasseurs, jusqu'à l'annexion en 1810. Le 129ème régiment qui lui succéda perdit 2 bataillons en Russie et le 3ème, par désertions, à Mästrich. Les troupes levées ensuite par le duc Guillaume combattirent pour les alliés aux côtés de la Légion Hanséatique.

Principautés de Reuss
Le premier membre connu de la Maison de Reuss, Erkenbert Ier, est cité en 1122 comme Bailli impérial. Ce territoire a été plusieurs fois morcelé. En 1778, Henri IX de Reuss zu Obergreiz (1722-1800) obtient l'élévation de ses Etats au rang de Principauté du Saint-Empire. Après un passage dans la Confédération du Rhin, les principautés sont confirmées au Congrès de Vienne. Après l'abdication des princes le 11 novembre 1918, les Principautés de Reuss forment, le 17 avril 1919, la République libre de Reuss, intégrée le 1er mai 1920 au nouvel Etat de Thuringe.

Principauté de Salm
La principauté de Salm-Salm forme, à la fin du XVIIIe siècle, un vestige territorial d'une seigneurie autrefois plus vaste nommée Salm-en-Vosges. La principauté de Salm-Salm n'existe effectivement qu'entre 1751 et 1793. Elle est souveraine jusqu'à l'annexion ratifiée le 2 mars 1793 par la Convention. Cependant, elle entra dans la Confédération du Rhin.

Principautés de Schwarzbourg : Schwarzbourg-Sonderhausen et Schwarzbourg-Rudolstadt
La Maison de Schwarzbourg est l'une des plus anciennes familles de Thuringe (XIème siècle). En 1552, les possessions schwarzbourgeoises sont démembrées entre ses fils: le Comté de Schwarzbourg-Sonderhausen échoit à Jean-Gunther (1532- 1586) et celui de Schwarzbourg-Rudolstadt à Albert (1537- 1605). Les deux Etats sont élevés au rang de Principautés du Saint-Empire, respectivement en 1697 et 1711, et entrent ensuite dans la Confédération du Rhin. Leur souveraineté est réaffirmée par le Traité de Vienne (1815). Les Principautés de Schwarzbourg intègrent l'Empire Allemand en 1871. En 1909, les deux Principautés sont regroupées en union personnelle au profit du Prince Gunther-Victor de Schwarzbourg-Rudolstadt (1852-1925) qui abdique le 22 Novembre 1918. La république de 1918 est intégrée en 1920 dans le nouvel État de Thuringe

Principauté de Waldeck
Waldeck était un comté du Saint-Empire depuis le XIIIe siècle, réuni par héritage au comté de Pyrmont en 1625. En 1712, l'empereur Charles VI du Saint-Empire éleva le comté au rang de principauté. Intégrée à la Confédération du Rhin, Pyrmont en fut brièvement détaché de 1805 à 1812. Mais la principauté fut de nouveau réunie dès 1815, et son indépendance confirmée par le Congrès de Vienne : elle devint dès lors membre de la Confédération germanique. En 1918, le prince abdiqua et la principauté devint un « État libre » au sein de la république de Weimar. C'est en 1929 que Waldeck fut formellement intégré à l'État libre de Prusse.

Grand-Duché de Wurtzbourg
L’Archiduc Ferdinand, frère de l’Empereur d’Autriche, reçoit en 1801 les terres de l’archevêché de Salzbourg, élevé en 1805 au rang de grand-duché de Wurzbourg. Le duché adhère à la Confédération du Rhin le 30 septembre 1806. Les forces wurzbourgeoise servent fidèlement la Confédération pendant les campagnes d’Allemagne de 1806 et 1807, en Espagne de 1808 à 1813 et pendant les campagnes de Russie et d’Allemagne en 1812 et 1813. Le duché est envahi par les forces austro-bavaroises en octobre 1813, et quitte le Confédération pour se ranger dans le camp coalisé le 26 octobre 1813. Ses troupes participent à la fin de la campagne dans l’armée du prince de Hesse-Homburg. Ferdinand abdique le 2 juin 1814 et retourne à la tête du duché de Toscane, le duché est alors mis sous tutelle bavaroise. Par décision du Congrès de Vienne, le duché de Wurzbourg disparaît et ses terres sont intégrées au Royaume de Bavière.
.

K6.2 – Petites Principautés d'Allemagne dans l'armée de l'Empire Français

K6.3 – Petites Principautés d'Allemagne dans les armées alliées après 1813

.

.

Retour à la liste des listes d'armées

..

Retour à l'accueil de la règle

Retour au menu des figurines

Retour au menu général

© Vincent Herelle 2020