Révolution et Empire

. .

La Règle “JOMINI”– Listes d'Armées

Liste K : Autres Etats d'Allemagne

.


Voici les listes d'armées pour ce ou ces pays.
.
Histoire.
Avant 1871, il existait un monde germanique doté d'une certaine cohérence variable selon les époques, sur les plans linguistique, culturel, et parfois politique. Sous la tutelle plus ou moins lointaine de l'empereur (en allemand, Kaiser, qui dérive de César) se trouvaient de nombreux états, certains grands et qui ont leur propre histoire mais aussi toute une quantité de petits et très petits états, dont les princes sont souvent des ecclésiastiques. Après les traités de Westphalie en 1648, l'autorité impériale en Allemagne est bien affaiblie. On a alors 350 États allemands.

Dès 1792, la France envahit la rive gauche du Rhin, et le sentiment national gagne les peuples. En 1803, le premier consul Napoléon Bonaparte réorganise, par le Recès d'Empire, le Saint-Empire qui passe de plus de 300 États à une centaine. Toutes les principautés ecclésiastiques sont supprimées, ainsi que la plupart des villes libres. Après les batailles d'Austerlitz et d'Iéna, mis à part l'Autriche et la Prusse, tous les dirigeants des États allemands se retrouvent sous l'influence directe de la France : le 12 juillet 1806, seize États allemands signent le traité de la Confédération du Rhin par lequel ils s'unissent et acceptent la France comme leur protecteur, en échange de troupes. Le nombre des États membres passe à 35. Le 6 août 1806, le dernier empereur du Saint-Empire romain germanique, François II, se soumet à un ultimatum de Napoléon Ier. Il renonce à la couronne impériale et délie tous les États allemands de leur fidélité : c'est la fin du Saint-Empire.

Les grands états ont été vus à part. Voici les plus petits pays, ceux qui se sont alliés aux français avant de « tourner casaque » en 1813 et aussi ceux qui ont toujours été ennemis de Napoléon.

Après le congrès de Vienne (septembre 1814 - juin 1815), le défunt Empire est remplacé par la Confédération germanique (« Deutscher Bund ») qui regroupe 39 États sous la direction honorifique des Habsbourg qui ne portent plus que le titre d'empereur d'Autriche. Elle est dotée d'une Assemblée confédérale composée d’émissaire des princes et des Villes libres, qui siège au palais de Thurn und taxis à Francfort-sur-le-Main jusqu'en 1866. En fait cette confédération ne peut fonctionner que dans le cas d'une entente entre la Prusse et l'Autriche. Mais l'Empire des Habsbourg ne compte que 6,5 millions d'Allemands sur 20 millions d'habitants et poursuit une politique d'extension territoriale vers le monde slave. La puissance prussienne commence alors à peser sur les territoires de langue allemande en dehors de l'Autriche, bien que l'empire autrichien continue lui aussi à exercer son influence.

Après la Trois Glorieuses en juillet 1830 en France, une vague constitutionnaliste s'étend en Allemagne, au Brunswick, en Saxe ou au Hanovre. En 1848, à la nouvelle des révolutions parisiennes, l'Allemagne s'embrase. Les dirigeants des 39 États, déstabilisés par les mouvements révolutionnaires laissent faire. En mars 1849, après de longues tractations, la confédération germanique devient un État fédéral avec un empereur à sa tête mais sans l'Autriche, donc dominé par la Prusse. La courte guerre des Duchés en 1864 est la première étape de l'unité allemande. Le Schleswig, peuplé d'Allemands et le Holstein, peuplé à la fois par des Allemands et des Danois sont des propriétés personnelles du roi du Danemark sans faire partie de son royaume. En 1863, ce dernier les incorpore à son royaume. Ceci entraîne une guerre de la Confédération germanique menée par la Prusse et l'Autriche contre le Danemark en 1864. La rapide victoire permet à l'Autriche d'obtenir l'administration du Holstein et la Prusse, celle du Schleswig. En 1866, la Prusse envahit le Holstein. Dans la guerre austro-prussienne qui s'ensuit, l'Autriche, bien que bénéficiant du soutien de la Confédération germanique, est sévèrement battue à la bataille de Sadowa le 3 juillet 1866. La Prusse annexe le Schleswig-Holstein, le royaume de Hanovre, le duché de Nassau et la Hesse, ce qui permet à la Prusse d'avoir un État d'un seul tenant, de former la Confédération de l'Allemagne du Nord excluant l'Autriche et dans laquelle les États catholiques du sud de l'Allemagne refusent de rentrer. En 1870, la guerre franco-prussienne se termine par la défaite française. Les États d'Allemagne du Sud acceptent d'entrer dans la Confédération d'Allemagne du Nord et l'Empire allemand est proclamé le 18 janvier 1871 dans la galerie des Glaces du château de Versailles. La défaite française a fini de sceller l'unité allemande, qui sera complète à la suite du Traité de Versailles de 1918.
.

K1 – Grand-duché de Hesse

K2 – Royaume de Wurtemberg


K3 – Grand-duché de Bade

K4 – Grand-duché de Clèves et de Berg

K5 – Nassau

K6 – Les petits Princes de la Confédération du Rhin

K7 – Les petits états ennemis des français

.

.

Retour à la liste des listes d'armées

..

Retour à l'accueil de la règle

Retour au menu des figurines

Retour au menu général

© Vincent Herelle 2020