Révolution et Empire

. .

La Règle “JOMINI”– Listes d'Armées

Liste L5 : Le Royaume de Sardaigne et Piémont

.


Voici les listes d'armées pour ce ou ces pays.
.
Histoire.
Au 12ème siècle, les affrontements entre guelfes, partisans du Pape, et gibelins, de l'Empereur, avaient fortement marqué le nord de l'Italie si bien qu'au 13ème siècle l'essor des communes libres a amené la renaissance de la région autour de la Ligue Lombarde, opposée aux seigneurs locaux, notamment les Marquis de Montferrat, de Saluces, de Ceva et d'Incisa. Pendant ce temps a grandi le pouvoir de la Maison de Savoie, marquis d'Empire en Italie et maîtres de Turin.

Au 14ème siècle, l'État de Savoie grandit grâce aux actions militaires de Amédée VI « le comte Vert » et Amédée VII « le comte Rouge » qui, en 1388, obtient un débouché vers la mer avec la « dédition » du comté de Nice. La capitale est alors à Pignerol. Les Savoie s'appuient sur le Milanais pour conquérir le Montferrat passé aux Paléologue de Byzance. Au 15ème siècle, le Piémont étend ses frontières à son étendue actuelle avec ses principaux vassaux. Verceil passe à la Savoie en 1427. Amédée VIII de Savoie obtient le titre de Duc en 1416, avant de devenir Pape (antipape) sous le nom de Félix V. En 1494 le Piémont est traversé par les troupes de Charles VIII de France au début des Guerres d'Italie. Les Français occupent la Savoie et la capitale Chambéry.

Le Piémont est conquis par les Français en 1535-1536 jusqu'en 1550. Emmanuel-Philibert, Gouverneur des Pays-Bas pour Philippe II d'Espagne, bat les Français à Saint-Quentin en 1557 à la tête de l'armée espagnole et récupère la Savoie au traité de Cateau-Cambrésis (avril 1559). Il abolit des privilèges fiscaux mais aussi le servage, il renforce les frontières et l'armée et participe avec sa flotte à la victoire de Lépante. Il transfère la capitale de Chambéry à Turin en 1562 et fait édifier la citadelle de Turin qui sauvera le Piémont à plusieurs reprises. En 1601, Charles-Emmanuel Ier de Savoie annexe enfin le Marquisat de Saluces par le traité de Lyon.

Au 17ème siècle, les Savoie tentent une politique expansionniste. Au traité de Cherasco en 1631, Victor-Amédée Ier annexe une partie du Montferrat mais doit céder Pignerol aux Français. Victor-Amédée II est vaincu dans la guerre franco-piémontaise de 1690-1696. Ensuite il fluctue dans les alliances des guerres de Louis XIV. Après l'invasion française de 1706 et 3 mois de siège de Turin, à la Paix d'Utrecht de 1713, Victor-Amédée II de Savoie devient roi de Sicile qu'il échange en 1720 avec la couronne de Sardaigne. Par la Paix de Vienne (guerre de Succession de Pologne - 1738), Charles-Emmanuel III de Savoie obtient Novare et Tortona et au Traité d'Aix-la-Chapelle (guerre de succession d'Autriche - 1748), il annexe le nord du Novarais et déplace la frontière sur le Tessin.

La Sardaigne, ancien royaume de la maison d'Aragon (1297) était passée à l'Espagne avec la couronne d'Aragon au XVIe siècle puis aux Habsbourg de Vienne en 1714 après la guerre de Succession d'Espagne. Ceux-ci l'échangent contre la Sicile avec le duc de Savoie par la paix de La Haye en 1720. Les ducs de Savoie portent le titre de « roi de Sardaigne » depuis le 8 août 1720.

Le roi de Sardaigne avait marié deux princesses aux frères du roi Louis XVI. Il est donc dans les ennemis de la France révolutionnaire. Il y a des insurrections rurales en Savoie en 1790, au Piémont en 1793. En 1792, les français prennent la Savoie et Nice, qui sont intégrées dans la République française respectivement les 27 novembre 1792 et 31 janvier 1793. Les français tentent d'envahir l'île de Sardaigne en janvier et février 1793 mais sont défaits. Les nobles sardes demandent des libertés au roi. Son refus le 28 avril 1794 entraîne une révolte populaire persistante.

En 1796, l'armée française d'Italie de Napoléon Bonaparte marche sur le Milanais autrichien et doit donc traverser le Piémont. L'armée de milice de Piedmont-Sardaigne est défaite à Millesimo. Le roi Charles-Emmanuel IV signe l'armistice de Cherasco le 28 avril 1796 où il consent le passage et le 15 mai le Traité de Paris qui cède à la France le comté de Nice, le duché de Savoie, Tende et Beuil. Au Piémont, une révolte républicaine chasse le Roi qui doit fuir en Sardaigne, ayant accepté les demandes sardes de 1794. Le 10 décembre 1798 est constituée à Turin la République piémontaise, reconnue par les Français. Pendant la période de la campagne d'Égypte, les Français sont régulièrement battus par les Autrichiens. Le 20 juin 1799, les troupes austro-russes reconquièrent Turin et rétablissent théoriquement Charles-Emmanuel IV sur son trône. Mais en 1800, Napoléon revient dans la plaine du Pô par les Alpes et remporte la victoire décisive de Marengo. Les Français occupent à nouveau Turin et créent la République Subalpine. Le 11 septembre 1802 (24 fructidor an X), le Sénat français supprime la République Subalpine dont le territoire est annexé à la République française.

Charles-Emmanuel IV de Sardaigne abdique en 1802. Après la chute de Napoléon Bonaparte en 1815, Victor-Emmanuel , nouveau roi de Sardaigne, est replacé sur le trône de Turin par le Congrès de Vienne et annexe l'ancienne république de Gènes. Il connaît de nombreux mouvements insurrectionnels, souvent soutenus par des membres de la noblesse voire de la famille royale. Le 8 mars 1821 une révolte libérale éclate à Alexandrie puis à Turin. Victor-Emmanuel Ier abdique au profit de son frère Charles-Félix. Les Autrichiens interviennent et écrasent les libéraux à Novare. Charles-Félix n'a pas d'enfant et Charles-Albert, de la branche des Savoie-Carignan, devient roi de Piémont-Sardaigne en 1831.

En 1848, Charles-Albert transforme son royaume en une monarchie constitutionnelle et parlementaire. Avec l'insurrection de Milan, c'est la première guerre d'indépendance. Charles-Albert s'y engage contre l'Autriche. Des soldats d'autres États italiens, Toscans, Romains, Napolitains, interviennent aux côtés de l'armée sarde, désireux de libérer les territoires asservis. Les Sardes obtiennent des succès à Monzambano, Valleggio et Pastrengo mais ils avancent lentement, une colonne pénètre dans Milan mais ne poursuit pas les Autrichiens en fuite. Après la bataille de Goito (30 mai), Peschiera se rend mais le feldmarschall Joseph Radetzky reprend la place-forte vénitienne. Les troupes pontificales et napolitaines se retirent et le Piémont, seul à affronter l'Autriche, est battu aux batailles de Custoza et Novara. Charles-Albert signe l'armistice et part en exil à Oporto. Le jeune Victor-Emmanuel II de Savoie lui succède.

Le Piémont se modernise sous l'impulsion de Camillo Benso, comte de Cavour, président du conseil depuis 1852. Cavour obtient du roi que les sardes participent à la Guerre de Crimée. Le Piémont est dans les vainqueurs au Congrès de Paris. Allié de Napoléon III, il masse ses troupes sur le Tessin. L'Autriche menacée attaque en premier ce qui amène les Français à lui apporter assistance. Les Autrichiens sont battus à Montebello, Magenta, Solférino le 24 mai puis San Martino, pendant que Giuseppe Garibaldi marche vers la Vénétie, mais Napoléon III arrête. Au traité de paix, le Piémont annexe la Lombardie mais cède à la France la Savoie et Nice, sauf les terrains de chasse du Roi dans le Mercantour. Le Piémont annexe ensuite par plébiscites Parme, Modène, la Toscane, la Romagne, l'Ombrie et les Marches.

En 1860, Garibaldi a débarqué à Palerme et a conquis la Sicile avec ses chemises rouges, puis tout le Royaume de Naples, le 7 septembre. Victor-Emmanuel II prend possession de l'entière Italie méridionale et devient Roi d'Italie le 17 mars 1861. En 1865, la capitale est transférée à Florence. L'État italien est organisé selon le modèle sarde. En 1866, à la suite de sa défaite après la guerre austro-prussienne, l'Autriche donne, par le traité de Vienne, la Vénétie à la France, qui la cède aussitôt à l'Italie après un plébiscite auprès de la population. La chute du Second empire français, en 1870, voit le départ des troupes françaises et la conquête des États pontificaux par l'Italie. Après la prise de Rome, celle-ci devient alors la capitale du royaume d'Italie.
.


L5.1 - Royaume de Sardaigne et Piedmont (1748-1800)


L5.2 - République Piémontaise (10 décembre 1798 au 20 juin 1799)


L5.3 - République Subalpine (juin 1800 – septembre 1802)


L5.4 - Royaume de Sardaigne (1800-1814)


L5.5- Royaume de Sardaigne (1814 et ensuite)

.

.

Retour à la liste des listes d'armées

..

Retour à l'accueil de la règle

Retour au menu des figurines

Retour au menu général

© Vincent Herelle 2020