Révolution et Empire

. .

La Règle “JOMINI”– Listes d'Armées

Liste N2 : Danemark

.


Voici les listes d'armées pour ce ou ces pays.
.
Histoire.
Le Danemark est unifié une première fois vers 936 sous Gorm le Vieux qui érige de puissantes fortifications sur le Dannewirke au Slesvig. Sous le règne de Knut le Grand, le territoire danois s'étend dans une mesure considérable sur des parties de la Suède, de la Norvège et l'Angleterre en 1028. L'union avec l'Angleterre prend fin en 1042.

En 1162, le royaume danois redevient indépendant et la capitale est transférée de Roskilde au château de Copenhague. Valdemar impose une monarchie héréditaire danoise consacrée par l'église, donne son épée pour imposer le christianisme et tourne le royaume du Danemark vers la mer Baltique. Le royaume devient aussi une puissance incontournable en Allemagne du Nord. Après 1350, la peste noire inflige en deux décennies au Danemark une grande perte de population, entraînant du même coup des bouleversements économiques et sociaux. En 1396, Éric de Poméranie devient roi de Danemark et de Norvège et roi de Suède en 1397 par l'Union de Kalmar, qui fondait les trois États en un seul, unissant le Danemark à la Suède et à la Norvège. La rupture avec la Suède devient définitive en 1523 par la révolte de Gustave Ier Vasa contre Christian II de Danemark. En 1536, le royaume de Danemark et de Norvège devient luthérien après une guerre civile de trois ans. Le Danemark est, en général, du côté des Protestants lors des guerres de religion des XVIe et XVIIe siècles. Le règne de Frédéric II (1559-1588) marque l'Âge d'or de la noblesse danoise.

La rivalité avec la Suède marque toute l'histoire moderne du Danemark. Chacun revendique l'hégémonie sur la mer Baltique (six guerres en ont résulté: 1563/1570; 1611/1613; 1643/1645; 1658/1660; 1675/1679; 1709/1720). La guerre de Kalmar (1611-1613) est une réponse aux prétentions suédoises sur le nord de la Norvège. Le Danemark attaque la Suède et prend la ville de Kalmar avec 6 000 hommes. Le traité de Knäred est signé le 20 janvier 1613 : le Danemark contrôle la Laponie suédoise. Le Danemark a impliqué dans la guerre de Trente Ans entre 1625 et 1629 pour sauver la cause protestante mais perd des territoires. La guerre de Torstenson contre la Suède entre 1643 et 1645 est une défaite danoise qui cède plusieurs provinces norvégiennes à la Suède. En 1657 commence la courte et terrible Première guerre du Nord. Charles X Gustave de Suède conquiert la Scanie et met le siège devant Copenhague en 1658. La capitale danoise est sauvée par l'intervention hollandaise qui brise l'encerclement. Le Danemark doit céder ses provinces les plus riches lors du traité de Roskilde, en 1658: la Scanie, le Halland et le Blekinge. Sa superficie est réduite d'un tiers et sa population passe de 800 000 à 600 000 habitants. Ce sont les actuelles frontières du territoire danois, stricto sensu en Europe continentale et en Baltique.

Une révolution absolutiste est menée par les bourgeois de Copenhague. La loi royale de 1665 installe une monarchie héréditaire absolue jusqu'en 1849 où interviendra une constitution démocratique. Dans les guerres du 18ème siècle, le Danemark est allié de l'Angleterre et de la Hollande. La Suède, alliée du royaume de France en avril 1672, attaque le Brandebourg puis la Poméranie en 1674. Le Danemark attaque la Suède en occupant les évêchés de Brême et de Verden, possession allemande de la couronne suédoise depuis 1648. En 1675, à Fehebellin, l'armée suédoise est battue par le Grand Electeur. À la paix de Saint-Germain en 1679, le Danemark lucide se résigne à restituer ses conquêtes à la Suède. La troisième guerre du Nord (1700-1721) voit le Danemark vaincu par Charles XII de Suède dès 1700 et la défaite finale de la Suède ne profite qu'à la Russie de Pierre le Grand.

Le Danemark est au début du XVIIIe siècle une puissance secondaire, qui n'a plus aucun rêve d'hégémonie militaire mais reste le gardien des péages du Sund et donc entretient par nécessité une bonne marine de guerre. Le Danemark adhère en juillet 1780 à la Ligue de neutralité armée instaurée par la Russie le 8 mars 1780 pendant la guerre d'indépendance des États-Unis. L'y rejoignent la Suède en août 1780, la Hollande, la Prusse, l'Autriche (1781), le Portugal, le royaume des Deux-Siciles (1782). Cette première ligue de la neutralité armée voulait protéger les navires de la ligue contre la Royal Navy britannique qui arraisonnait tout navire pour éviter la contrebande, notamment vers les Treize colonies, et affirmait le droit de commercer avec les ressortissants des pays belligérants sans obstacle, sauf pour la livraison d'armes et d'approvisionnements militaires. L'Angleterre avait une flotte plus importante que toutes celles des pays de la Ligue combinées mais n'avait aucun souhait de contrarier la Russie, et évitait d'interférer avec les navires de la Ligue.

L'opposition entre l'Angleterre et la France révolutionnaire amena le tsar Paul Ier à reformer en 1800 la « Ligue des Neutres » sous le nom de Ligue du Nord. Son but était d'interdire la Baltique à la Royal Navy, d'empêcher cette dernière d'arraisonner les navires de commerce des pays membres et d'imposer aux Anglais la liberté de leur navigation. Les royaumes de Danemark et de Suède y adhèrent en 1801. Les anglais envoient un ultimatum au Danemark officiellement pour qu'il se retire de la Ligue mais en fait pour s'assurer de leur flotte, une des seules qui échappent à leur contrôle. Après le refus des Danois, la flotte britannique détruisit ou saisit la plus grande partie de la flotte danoise ancrée dans le port de Copenhague (2 avril 1801), ce qui amena le Danemark à se rapprocher de la France. En riposte, une nuée de volontaires s'engagèrent dans l'armée danoise qui occupa Hamboug et Lübeck sous le commandement de Charles de Hesse le 29 mars 1801, pour bloquer l'Elbe aux navires marchands britanniques. A la paix d'Amiens, ces villes furent libérées.

En 1803, la guerre reprit entre l'Angleterre et la France. Le Danemark devint à sa politique de neutralité vigilante. Quand la France occupa le Hanovre, une armée de 16 000 hommes fut rassemblée au sud du Jutland à titre de précaution. Une nouvelle armée se rassembla ensuite au Holstein en 1805 lors de la guerre entre l'Autriche-Hongrie, la Russie et la France pour éviter toute invasion depuis le sud. Une escarmouche eut lieu le 6 novembre 1806 près de Lübeck entre les danois et les troupes française qui poursuivaient les prussiens mais les français reconnurent la neutralité danoise et se retirèrent.

En 1807, le Danemark est pris entre l'Angleterre qui lui demande de lui donner sa flotte et de servir de base d'attaque contre la France et les alliés Russie et France qui lui demandent de participer au « blocus continental ». Ce sont les anglais qui attaquent en débarquant 30 000 hommes, dont une brigade commandée par Arthur Welesley, le futur duc de Wellington, près de Copenhague alors que l'armée danoise défendait la frontière sud au Holstein. La défense de la capitale est assurée par 13 000 hommes, milices pour la plupart. Le 29 août 1807 eut lieu la désastreuse bataille de Koege, appelée « Træskoslag » (bataille des chaussures de bois). Bombardée à plusieurs reprises, Copenhague se rend le 5 septembre, avec destruction ou saisie de tout ce qui reste de la flotte et prise en prisonniers de tous les marins. La ville est libérée peu après par l'arrivée de l'armée danoise renforcée par des troupes françaises alors que le Danemark devient l'allié de la France.

En 1808, le Danemark déclare la guerre à la Suède dans le cadre de l'alliance avec la France et la Russie. Une attaque conjointe prévue avec des troupes françaises et la division espagnole de La Romana tandis que la Russie attaquerait la Finlande suédoise échoua à cause de l'expédition d'Espagne. Une nouvelle expédition prévue pour janvier 1809 avec 25 bataillons et 80 canons danois sur la glace des détroits avorta aussi. L'armée Norvégienne attaqua et occupa Jämtland og Herjedalen puis une attaque suédoise en Norvège fut repoussée avec pertes. Le 31 mai, les troupes danoises prirent d'assaut la forteresse de Stralsund. Dans le cadre de la guerre contre l'Autriche-Hongrie, 8 000 soldats danois et hollandais combattirent en Poméranie suédoise Ferdinand von Schill qui rassemblait des troupes prussiennes dans la Campagne d'Allemagne du Nord alors que la Prusse restait neutre. Le 10 décembre 1809, le traité de paix ne changea guère la situation. De 1807 à 1814, il y eut une sorte de guerilla navale avec les anglais qui, en 1809, occupèrent l'île danoise de Anholt. Une tentative de reconquête par 650 hommes échoua. Les anglais occupèrent aussi certaines colonies danoises outremer comme Serampore ou Tranquebar.

En 1812, la Suède et la Russie, maintenant alliées, préparaient une attaque massive pour forcer le Danemark à céder la Norvège à la Suède. Cette attaque avorta par l'attaque de Napoléon sur la Russie. Pour la Campagne de Russie, Napoléon demanda une division danoise de 10 000 hommes en Prusse du Nord pour garder ses arrières. Quand toute l'Europe centrale et du nord se rebella en 1813 contre la France diminuée, les danois aidèrent les russes à prendre Hambourg et perdirent 41 hommes quand les français reprirent Hambourg le 30 mai. Mais les alliés, en particulier l'Angleterre et la Suède, repoussèrent toutes les tentatives de conciliation du roi Frederik VI, exigeant que le Danemark cède la Norvège à la Suède et que son armée soit mise sous commandement suédois. Les danois furent donc forcés de se battre aux côtés des français. Napoléon ayant signé l'armistice avec les prussiens et les russes après ses victoires de Lützen et Bautzen, un traité d'alliance franco-danois fut signé le 4 juin 1813.

L'armistice ayant expiré, le Danemark se retrouva en guerre contre la Prusse, la Russie, la Grande Bretagne et la Suède. Sa division stationnée au Holstein devint le « Corps auxiliaire danois » de 10 000 fantassins, 2 100 cavaliers et 40 canons. Il rejoignit 3 petites divisions françaises au sein du 13ème corps d'armée commandé par le maréchal Davout, Prince d'Eckmühl. La division danoise était commandée par le Prince Frederik de Hesse, beau-frère du Roi. L'armée alliée du Nord, commandée par le Prince de Suède, Bernadotte, était composée de russes, de prussiens dont beaucoup de volontaires sans expérience, d'anglais et hanovriens et de suédois. Le corps du General Walmoden, qui fut le principal opposant des danois, était un conglomérat de soldats de diverses nations et de qualité militaire fort variée, les pires étant les troupes de la Hanse et le Freikorps Lützow. Les meilleurs étaient de loin les suédois, les Mecklenbourgeois et les Hanovriens.

La campagne fut d'abord la résistance sur la ligne fortifiée Schwerin-Wismar puis sur la ligne de Ratzeburg en septembre, le tout ponctué de contre-attaques et de harcèlements. Après la défaite de Leipzig le 18 octobre, le 13ème corps retraita sur Hambourg tandis que le Corps Auxiliaire Danois se retrouvait face aux 43 000 hommes de l'Armée du Nord. L'armée danoise exécuta une remarquable retraite en combattant. Les victoires de Boden le 4 décembre, de Bornhøved le 7 et de Sehestedt le 10 refroidirent les ardeurs suédoises. Etablie sur la position fortifiée de Rendsburg, l'armée danoise dut finalement demander la paix. Le 14 janvier 1814, le traité de Kiel impose la cession de la Norvège à la Suède, à l'exception du Groenland, de l'Islande et des îles Féroé, qui sont laissées au Danemark. Cependant, les norvégiens n'acceptent pas cette cession et les suédois durent recourir à une nouvelle invasion. Les norvégiens se battirent aussi bien qu'en 1808-1809 et infligèrent de lourdes pertes aux envahisseurs. Cependant, ils durent céder sous le nombre.

En 1816, la Prusse cédera le duché de Lauenbourg au Danemark en dédommagement de ces cessions. A noter que des troupes danoises ont servi pendant la campagne d'Espagne et que la ville de Huéscar avait déclaré la guerre au Danemark en 1809. Cette déclaration de guerre a été oubliée par les deux parties et n'a été redécouverte qu'en 1981. Le maire de Huéscar et l'ambassadeur du Danemark ont signé le dernier traité de paix des guerres napoléoniennes le 11 novembre 1981.

Il y a en fait 2 armées distinctes : l'armée au Danemark et en Allemagne du Nord et l'armée de Norvège.
.

N2-1 – Au Danemark et en Allemagne du Nord

N2-2 – En Norvège

.

.

Retour à la liste des listes d'armées

..

Retour à l'accueil de la règle

Retour au menu des figurines

Retour au menu général

© Vincent Herelle 2020