Révolution et Empire

. .

La Règle “JOMINI”– Listes d'Armées

Liste T5.6 : Philippines

.


Voici les listes d'armées pour ce ou ces pays.
.
Histoire.
Les Philippines ont été peuplées il y a au moins 67 000 ans.C'est à partir du 1er millénaire que de petits États maritimes prospérèrent, influencés par l'Hindouisme ou la Chine. Le plus ancien était le royaume de Tondo, appelé Luzon par les japonais, une thalassocratie centrée dans la baie de Manille datant d'avant l'an 900 après J.C.. Son roi, appelé « Lakan », appartenait à la caste des Maharlika, classe guerrière féodale dans l'ancienne société tagalog. En 1571, il s'étendait sur Luçon de Ilocos à Bicol. Le royaume de Pangasinan ou Pampanga, ou Caboloan, capitale Binalatongan, dans la fertile vallée de la rivière Agno, était complètement indépendant jusqu'à la conquête espagnole. L'amiral chinois Zheng He a attaqué Lusung (Luçon) mais a été repoussé à Manille et la conquête a été limitée à Pangasinan qui a payé tribut quelque temps.

On avait aussi la Nation de Ma-i, sur l'île de Mindoro, le centre commercial des échanges avec l'Empire du Japon, la chefferie de Coron, île gouvernée par des guerriers féroces appelés Tagbanua et le Kedatuan de Dapitan, installé au nord de Mindanao autour du 12ème siècle, vivant essentiellement du commerce. Enfin, il y avait les deux grands Rajahnates. Le Rajahnate de Cebu, fondé par un prince hindou venu de Sumatra, combattait les marchands d'esclaves « magalos » de Maguindanao, allié avec le Rajahnate de Butuan et les Kutai de Bornéo du Sud. Le Rajahnate de Butuan était un état maritime célèbre pour ses produits en or, qui, en 1011, avait créé des liens diplomatiques avec la cour impériale chinoise.

Dans les années 1300, l'empire hindou javanais de Majapahit a lancé une expédition sur Luçon et l'archipel des Sulu mais avait échoué aux îles Visayas face à la guérilla des Srivijayan. La bataille de Manille (1365) mit fin à cette tentative,qui marque le début de la fin pour le Majapahit qui dut finalement se réfugier à Bali. En 1380, un commerçant arabe né en Johore appelé Shari'ful Hashem Syed Abu Bakr a introduit l'Islam dans les îles. Plusieurs sultanats furent alors établis, le premier à Sulu, très riche par ses pêcheurs de perles. A la fin du 15ème siècle, ce fut le Sultanat de Maguindanao qui contrôlait quasiment toute l'île de Mindanao, faisait le trafic des esclaves et a continué d'exister sous la colonisation espagnole, qui les combattaient sous le nom de « moros », jusqu'au 19ème siècle. Enfin, au 16ème siècle et aussi à Mindanao a été créé le Sultanat des quatre principautés de Lanao.

Mais c'est l'Empire de Brunei, récemment islamisé s le règne du sultan Bolkiah en 1485-1521, qui tenta de conquérir toutes les îles. Il ne réussit qu'à installer un état fantoche, le Selurong (Royaume de Maynila). Au début du 17ème siècle, la Kedatuan de Dapitan à Bohol est détruit par le Sultanat de Ternate (musulmans Papous des Moluques) et le roi (Datu) émigre au nord de Mindanao et y construit un nouvel état hindouiste qui lutte contre le Sultanat de Lanao. Les îles voient un combat permanent entre les états musulmans (Ternate des Moluques, allié aux portugais, le royaume de Maynila et les sultanats de Sulu, Maguindanao et Lanao) et les états hindouistes (Tondo, Dapitan, Cebu, Butuan, Pampanga, Ma-i et Madja-en). Ceux-ci accueillirent les espagnols à bras ouvert, ces chrétiens étant connus comme adversaires farouches des musulmans, mais ils les acceptèrent mal comme de nouveaux maîtres.

Ferdinand Magellan est arrivé aux Philippines en 1521. Il a exploré de nombreuses îles dont l'île de Mactan où il est tué. D'autres expéditions espagnoles arrivent. En 1543, Ruy López de Villalobos les baptise Las Islas Filipinas en l'honneur de son roi Philippe II d'Espagne. En 1565, Miguel López de Legazpi arrive du Mexique et installe des comptoirs européens à Cebu. Avec 5 navires et 500 hommes, renforcés en 1567 par 200 autres, il repousse les portugais. En 1571, il mène une armée avec ces espagnols, des recrues latino-américaines et des philippins contre le royaume de Maynila, état vassal du Sultanat de Brunei. Il construit un fort à Manille qu'il établit comme capitale des Indes espagnoles orientales.

Legazpi s'est fait un allié de Lakan Dula, le Lakan (roi) de Tondo. L'ancien roi musulman de Manille, Rajah Sulayman, rassemble des Kapampangan et des guerriers musulmans pour attaquer Tagalog, où il est tué à la bataille de Bankusay. En 1578 éclate une guerre entre chrétiens, philippins convertis et espagnols, et musulmans de l'Empire de Brunei pour le contrôle des Philippines, appelée « la guerre de Castille ». Les hindouistes (Cebu, Butuan, Madja ou Dapitan) soutiennent les espagnols, les sultans de Sulu, de Maguindanao et de Maynila, Brunei dont la capitale Kota Batu est prise le 16 Avril 1578 par 400 espagnols, 1 500 Philippins indigènes et 300 Borneans. Affaiblis par la maladie, les espagnols abandonnent le Brunei après seulement 72 jours.

Les espagnols étendent leur pouvoir aux autres provinces et états des Philippines, en particulier Cebu, Ilocos, la côte de Cagayan, et le royaume pirate du chef de guerre chinois Limahong à Pangasinan. Ils prennent aussi le nord de Taïwan (pour contrer la menace d'une invasion des Philippines par les troupes du mercenaire Koxinga (Zheng Chenggong)) et Ternate aux Moluques, en utilisant des guerriers philippins, avant d'être chassés par les Hollandais. Ensuite, de nombreuses guerres opposèrent les espagnols aux Moros des sultanats de Maguindanao, Lanao et Sulu et ce n'est qu'au 19ème siècle que l'Espagne réussit à vaincre le Sultanat de Sulu et de prendre Mindanao. Les Espagnols considéraient leur guerre avec les musulmans en Asie du Sud-Est comme la suite de la Reconquista.

Au début du 17ème siècle, la population officielle des colonies dépassait 660 000 personnes, dont 20 000 commerçants chinois, 16 500 des soldats-colons péruviens et mexicains, 3 000 des japonais et 600 de purs Espagnols d'Europe. Le reste sont surtout des Philippins indiens, des Malais et des Negritos. Pour les défendre, les espagnols ont construit un réseau de forteresses militaires appelées « Presidios » et gardés par des soldats espagnols, Latino-Américains et Philippins. La garnison de Manille était composée d'environ quatre cents soldats espagnols ; à Cebu étaient 2 100 soldats-colons de la Nouvelle-Espagne ; les mexicains gardaient Ermita et Cavite, les péruviens Zamboanga à Mindanao.

La marine espagnole établit un grand commerce entre Manille à Acapulco par des galions qui voyageaient une ou deux fois par an. En 1646, dans le cadre de la guerre de 80 ans, les hollandais tentent de prendre les Philippines avec 18 navires mais les espagnols avec seulement 3 navires dont deux galions de Manille, montés par un équipage de volontaires philippins, remportent les 5 actions navales connues comme les Batailles navales de Manille et les repoussent. Sur terre, les espagnols ont surtout à combattre des révoltes indigènes et des attaques de pays colonialistes extérieurs, en particulier des Britanniques, néerlandais et portugais et des pirates chinois. Cependant le christianisme se développe ainsi que l'enseignement public en espagnol.

Les Philippines n'a jamais été rentables en tant que colonie et la longue guerre contre les Hollandais au 17ème siècle ainsi que le conflit avec les musulmans du Sud et la pirate japonaise Wokou au Nord ont amené le Trésor colonial si près de la banqueroute que les comptables ont conseillé au roi Charles III d'Espagne d'abandonner la colonie. Celle-ci a survécu grâce à une subvention annuelle de la Couronne espagnole et des sommes prises sur les bénéfices de la Nouvelle-Espagne (Mexique). C'est pourquoi les fortifications de Manille étaient dans un triste état quand survint l'attaque britannique de Manille en 1762.

Le 4 Janvier 1762, dans le cadre de la Guerre de 7 ans, la Grande-Bretagne déclare la guerre à l'Espagne. Le 24 Septembre 1762, surtout pour prendre le contrôle de l'argent des Philippines et du grand chantier naval de Cavite, les britanniques lancèrent une attaque sur Manille, avec des troupes nombreuses venant des Indes et 13 vaisseaux menés par le Norfolk de 74. Le Général de Brigade William Draper commandait le 79th regiment of foot, 600 Sepoys, une compagnie de Cafres, une de Topazes (Chrétiens asiatiques), et une de pionniers, 270 fusilliers-marins, 550 marins plus de nombreux Lascars et environ 350 soldats français prisonniers, engagés contre leur volonté dans cette expédition, En tout, environ 6 800 hommes, soutenus par l'artillerie des vaisseaux. Manille n'avait qu'une garnison de 556 soldats (cavaliers et infanterie, espagnols et philippins) et 80 canonniers, peu entraînés. Mais le Conseil rejeta l'ultimatum.

Les britanniques débarquèrent le 23 septembre 1762 sur la plage de Malate, qu'ils occupèrent tandis que les habitants fuyaient en incendiant leurs maisons. Le lendemain commença le bombardement. Le 26 septembre fut une trêve. Des renforts arrivèrent à Manille dont 600 soldats de Bulacan, 110 hommes de Meycauayan et Bocaue, et surtout 3 000 philippins, la plupart avec arcs et flèches (et lances pour le combat corps à corps) sauf 33 Tagalogs avec mousquets, mais 2 000 d'entre eux venaient de Pampanga (appelés Kapampangans), renommés comme les guerriers les plus durs, tandis que les britanniques débarquèrent de nouveaux canons. L'assaut final commença le 5 octobre. La cité fut prise et mise à sac.

En dehors de Manille, le leader espagnol Simón de Anda y Salazar a organisé une milice de 10 000 philippins, de Pampanga pour la plupart. Après un certain nombre d'escarmouches et de tentatives avortées, les britanniques renoncèrent. Au traité de Paris le 10 février 1763, Manille fut rendue aux espagnols. Les britanniques partirent en avril 1764, abandonnant un certain nombre de cipayes indiens qui se sont installés dans la ville de Cainta, où ils ont fait souche. Le gouvernement colonial espagnol occupe Jolo, la capitale de Sulu, en 1851. Le sultanat s'étendait sur l'archipel de Sulu et la côte nord-est de Bornéo. En 1877, le sultan abandonne ses droits sur Bornéo et Sulu accepte de devenir vassal de l'Espagne en 1878.

A noter que les Philippines n'ont jamais été formellement une colonie mais une région d'outre-mer en Asie du Royaume d'Espagne, promue en 1870 au rang de « communauté autonome ». Les Philippines sont administrées depuis Mexico entre 1565 et 1821, puis directement depuis Madrid après 1821. Au cours du 19ème siècle, l'Espagne a investi massivement dans l'éducation et les infrastructures. De nombreuses villes et des hôpitaux sont fondés, de nouvelles cultures et de nouveaux animaux d’élevage sont introduits, et le commerce est florissant.

En avril 1896 commence une révolution qui se termine deux ans plus tard par la proclamation d’indépendance et l’établissement de la Première République des Philippines. Mais en avril 1898 éclate la guerre hispano-américaine que les espagnols appellent le « Désastre de 1898 ». Après l'explosion, sans doute accidentelle, le 15 février 1898 du cuirassé américain USS Maine dans la rade de la Havane, entraînant la guerre voulue par les américains mais déclarée par l'Espagne le 24 avril 1898. A l’aube du 1er mai 1898, l'escadre américaine du Pacifique du commodore George Dewey détruisit la flotte espagnole de l’amiral Patricio Montojo à la bataille de la baie de Manille. Un corps expéditionnaire de 17 000 hommes débarqua le 20 juin 1898 à Cuba qui capitula le 17 juillet. Porto Rico fut occupé sans résistance le 25 juillet. Le 12 août 1898, l’Espagne accepta un traité de paix préliminaire à Cuba. Le lendemain, Manille tomba aux mains des Américains aidés par les insurgés philippins. Le traité de Paris, signé le 10 décembre 1898, mit un terme officiel à la guerre. L'Espagne cédait les Philippines, Porto Rico et Guam aux États-Unis, en échange d'un versement de 20 millions de dollars américains. Cet accord n’est pas reconnu par le gouvernement philippin, qui déclare la guerre aux États-Unis le 2 juin 1899. Le président du pays, Emilio Aguinaldo, est capturé en 1901 et le gouvernement américain déclare le conflit officiellement terminé en 1902. Les hostilités se poursuivent jusqu’en 1913. L’administration américaine des Philippines commence réellement en 1905. L'indépendance complète du pays est finalement conclue par le traité de Manille qui établit l'indépendance du pays.
.


T5.6.1 – Philippines – Armée coloniale espagnole


T5.6.2 – Philippines – Etats indigènes et révoltes


T5.6.3 – Philippines – révolte des Katipunan (1896-1897)

.

.

Retour à la liste des listes d'armées

..

Retour à l'accueil de la règle

Retour au menu des figurines

Retour au menu général

© Vincent Herelle 2020